Actualités

Les naufragés débarquent, African Nemo appareille

Mon nouveau roman porte un titre : Les naufragés. Il en est aux ultimes corrections et ne devrait pas tarder à jeter l'ancre au ffil des pages de cet objet culturel d'un âge canonique que les anciens appelent "livre". Roman d'aventure et de mystère, il met en scène des personnages aussi attachants qu'un Padre à bord du "Tonnerre", la maître d'hôtel de son pacha, des offficiers mariniers solides et solidaires, un jeune et talentueux inspecteur de police du Connemara, deux divinités celtiques, un prêtre entre deux mondes et mon amie Cécile, à présent lieutenant de vaisseau à la DRSD (Direction du Renseignement et de la Sécurité de la Défense)...
L'Irlande est l'écrin dans lequel des naufragés oubliés en côtoient d'autres, mêlant sa musique, ses poètes, ses alcools, ses paysages, son histoire et ses légendes à une aventure menée comme une enquête policière. Embarquer à bord de ce roman c'est partir à la découverte d'un monde châleureux et magique.


African Nemo
Lorsque les dernières ratures éclaircissent l'horizon, un autre travail s'insinue très vite dans le temps devenu plus libre. L'imagination repart pour de nouvelles aventures avec l'aide du pacha du Sirpa-Marine et de son équipe. Le golfe de Guinée est en vue; le bâtiment de projection et de commandement Mistral y navigue déjà et j'embarque depuis l'Angola affin découvrir un nouvel espace pour étaler mes plumes. Opération "Corymbe", exercice "African Nemo"... ce sont des noms obscurs et le roman prendra sans doute un autre titre. Mais avant cela, il me faut découvrir des visages, des modes opératoires, des paysages, des météos marine et terrestre, des odeurs, des musiques, des poèmes et des rires... tous les ingrédients d'une cuisine dont le plat mijoté sera un roman à déguster en 2019, et sans modération.

Jean-Marc Bourdet Ecrivain - Saison 1 épisode 3

Ma manière d'écrire, mes conseils. Épisode 3 : L'importance des détails de la vie et celle des réalités historiques.

Poésie d'automne

Les matafs et la mer

La chaleur était insupportable ;
Les bouteilles jonchaient la table ;
L’eau était chaude sur la langue
Et toujours le bateau qui tangue.

Vapeur : la pression était bonne.
Les hommes, torses nus, déconnent,
Dégoulinant de sueur et de tabac
En attendant le « Branle-bas ! ».

Le pont gorgé de soleil brûle, brille
Et ils chantent la terre et les ffilles
Fantasmées comme des perles douces
Sous les bâchis d’école des mousses.

Le tropique est tracé aux armes du cancer ;
Les matafs serrés se rêvent solitaires ;
Un pilote allongé recherche la lumière
Loin des pluies et du smog d'Angleterre.

Baudelaire à la barre fait ffigure de sage ;
L'albatros sur le pont amuse l'équipage ;
Une palette d'artiste est couchée sur le ciel...
Oh, mon Dieu, que cette mer est belle !

© - octobre 2018 – Jean-Marc Bourdet